Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La naissance des vins liquoreux du Sud-Gironde (XVIe-XVIIe siècle)

Extrait de la carte  Les hiérarchies en Bordelais au 17e siècle, JC Hinnnewinkel, Les terroirs viticoles, origines et devenirs, Féret ed., 2004

Extrait de la carte Les hiérarchies en Bordelais au 17e siècle, JC Hinnnewinkel, Les terroirs viticoles, origines et devenirs, Féret ed., 2004

D’une rive à l’autre : la naissance des vins liquoreux du Bordelais
(XVIe-XVIIe siècle)

Sandrine Lavaud
Maître de conférences en histoire médiévale Université de Bordeaux Institut Ausonius, Maison de l’Archéologie
CERVIN
Publié le 22 mai 2012

Cette communication a été présentée dans le cadre des Entretiens du Sauternais, colloque organisé en 2012 à Bommes par le Syndicat de Sauternes …
Ces entretiens du Sauternais m’ont donné l’occasion de remettre sur le métier une recherche menée il y a quelques années et qui, dans la continuité de mes travaux sur le vignoble médiéval des Graves, souhaitait aborder la question de l’origine, voire de l’originalité, des liquoreux en Bordelais. Bien que s’inscrivant dans la dynamique viticole du Moyen Âge, la création de ces nouveaux pôles à partir du XVIe siècle m’est apparue porteuse d’une rupture symptomatique de la modernité, tant par l’émergence de nouveaux vins, par la nouvelle définition de la qualité, que par les modalités singulières de leur implantation.
J’ai d’abord porté mon regard sur le Sauternais, en centrant mes investigations sur une paroisse-test, celle de Preignac, pour laquelle j’ai tenté de restituer la formation du vignoble et la naissance du sauternes. Puis, je me suis intéressée à l’autre secteur producteur de vins blancs doux bénéficiant, encore aujourd’hui, d’une grande renommée : le vignoble de Sainte-Croix-du-Mont et de Loupiac. Seul le fleuve le sépare de son illustre concurrent de la rive gauche et, malgré des différences remarquables, nombre de leurs traits sont communs. Je souhaiterais, dans cette communication, proposer une vision globale de ce pôle liquoreux du Bordelais, d’une rive à l’autre, en interrogeant, de façon comparative, les voies qu’ont empruntées la genèse et l’affirmation de ces deux entités viticoles. Ont-elles suivi les mêmes évolutions ? Y a-t-il synchronie ou décalage chronologique dans leur développement ? Quelle influence réciproque ont-elles exercée l’une sur l’autre ? Peut-on parler d’un modèle des liquoreux ?

Pour connaître la réponse :

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article