Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RETOUR SUR NOTRE-DAME-DU-BOURG A LANGON

Faute de place, certains documents n'ont pu être intégrés à l'article « Notre-Dame du Bourg à Langon... profanée et détruite » publié dans le numéro 29 de la revue Siriona. Le présent article vient donc en complément.

Situation

La carte d'arpentage de Matis (1716) réorientée et superposée à une photo aérienne contemporaine du site de l'église permet de visualiser son implantation et l'extension de Langon vers l'est hors les murs.

Carte d'arpentage de Matis. Comme on le voit sur le plan, les directions sont inversées, Sud « en haut » et Nord « en bas »

 

 

Sur ce plan figurent les axes de circulations tels qu'ils existaient au début du XVIIIème siècle dont on voit qu'ils correspondent quasi parfaitement à la voirie actuelle, tout au moins en ce qui concerne la partie intra-muros. Les fortifications s'alignaient sur le tracé actuel des bâtiments côté Ouest des allées Jean Jaurès. Un bâtiment dépendant à priori du prieuré était accoté à la muraille à l'endroit où se trouve l'actuel siège de la MSA sans en avoir exactement les dimensions ni l'orientation(2). Le prieuré lui-même était isolé par un mur ouvert côté Sud sur des jardins ou des vergers. Une porte du même nom s'ouvrait au bout de la rue Brion(1) près de laquelle devait se situer, côté droit extra muros, l'emplacement de l'ancien cimetière protestant sur des terrains loués par le prieuré. Le bâtiment collé à l'église (3) correspond sans doute au logement particulièrement dévolu au prieur.

 

La révolution et ses suites

La révolution voit la confiscation des biens religieux(décret du 2 novembre 1789) et la revente des bâtiments à des particuliers. C'est un nommé Colas qui se porte acquéreur en 1792 du bâtiment ou au moins de la nef. La statue de la vierge que l'église abritait est transportée à l'église Saint-Gervais, Saint-Protais. On peut encore la voir dans une petite chapelle située sous le clocher et à laquelle on peut accéder par le chœur ou par une porte extérieure.

L'église se trouve alors partagée en deux.

La partie est (le chœur et le bras de transept sud) se trouvent intégrés dans un bâtiment servant d'entrepôt. Ce bâtiment est lui-même coupé en deux dans sa hauteur par un plancher de bois formant un étage auquel on accède par un escalier. C'est à cet étage que se trouvent les chapiteaux photographiés, entre autre par Brutails.

 

 

 

 

 

La nef, quant à elle, après avoir été une salle de réunion sous la révolution, puis un théâtre et une salle de spectacle, elle finit en salle de cinéma, le Florida jusqu'à sa fermeture en juin 2000.

Ce plan du cinéma Florida daté de 1961 et dont l'original est au 1/100ème donne une idée des dimensions de la nef.

Je remercie M. Denis Sendres pour m'avoir communiqué les documents concernant la période postrévolutionnaire.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article